Agences des nations unies en Tunisie

UNESCO
ONUDC
PAM
HCDH
FAO
IOM
UNAIDS
UNDP
UNFPA
HCR
CINU
UNICEF
ONUDI
UNWOMEN
UNOPS
BM
OMS

Agences non résidentes

OIT

International Day to End Impunity for Crimes against Journalists

Date de publication : 2014-10-17

Message from Ms Irina Bokova, Director-General of UNESCO, on the occasion of the Inaugural International Day to End Impunity for Crimes against Journalists, 2 November 2014

Freedom of expression is a basic human right that is essential for human dignity, for the rule of law and for good governance. In times of change as we are now living, it is especially important to provide citizens with the information they need to make knowledgeable decisions about their lives and societies.

For this, we rely on journalists and the news media, together with social media producers who practice journalism. But their safety is not guaranteed -- they face threats, harassment, violence, and even death.

The threat is grave. On average, one journalist is killed per week, and while fatalities include foreign correspondents, the vast majority of victims are local, covering local stories, living in a climate of impunity. This allows perpetrators to continue attacks without restraint, further crippling the free flow of information. Impunity is poisonous – it leads to self-censorship for fear of reprisal, depriving society of even more sources of significant information.

In December 2013, the United Nations General Assembly declared 2 November as the International Day to End Impunity for Crimes against Journalists, to raise awareness about the challenge of impunity and mobilise action against it. The date marks the assassination of two journalists, Gislaine Dupont and Claude Verlon, in Mali on 2 November 2013. The United Nations General Assembly tasked UNESCO as the lead UN agency of this Day, working with all relevant partners. This is the goal of the UN Plan of Action on the Safety of Journalists and the Issue of Impunity, spearheaded by UNESCO, bringing together UN agencies, governments, international community and civil society, to make real progress on the ground.

On this first International Day to End Impunity for Crimes against Journalists, I appeal to all Governments to ensure a swift and thorough investigation every time a journalist is killed, and to all partners for stronger cooperation to enhance the safety of journalists.

Impunity must not be allowed. On 2 November, we must stand together to ensure every journalist can do their job safely.




Message de la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, à l'occasion de l'inauguration de la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, le 2 novembre 2014

La liberté d'expression est un droit fondamental qui est essentiel à la dignité humaine, à l'état de droit et à la bonne gouvernance. Dans les temps mouvementés que nous traversons aujourd'hui, il est plus important que jamais de fournir aux citoyens les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées concernant leur vie et leur société.

Pour cela nous comptons sur les journalistes, les médias d'information et aussi sur les producteurs de médias sociaux qui exercent le journalisme. Mais la sécurité de ces gens n'est pas garantie –– ils sont exposés à des menaces, des manœuvres de harcèlement, des violences et risquent parfois la mort.

Le danger est sérieux. En moyenne, un journaliste est tué chaque semaine et si l'on dénombre des correspondants étrangers parmi les victimes, la grande majorité d'entre elles sont des journalistes locaux, couvrant des sujets locaux. Un climat d'impunité permet aux coupables de ces crimes de poursuivre leurs agressions sans être inquiétés, en paralysant davantage la libre circulation de l'information. L'impunité est pernicieuse, elle conduit à l'autocensure par peur des représailles et prive la société de sources d'informations importantes.

En décembre 2013, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 2 novembre Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, dans le but de sensibiliser l'opinion au défi que constitue l'impunité et de mobiliser des moyens pour lutter contre elle. La date choisie est celle de l'assassinat de deux journalistes, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, au Mali, le 2 novembre 2013. L'Assemblée générale des Nations Unies a chargé l'UNESCO de travailler avec tous les partenaires concernés, en tant qu'institution chef de file de cette journée. C'est l'objectif poursuivi par le Plan d'action de l'ONU sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité conduit par l'UNESCO, qui réunit des institutions des Nations Unies, des gouvernements, la communauté internationale et la société civile afin d'accomplir de réels progrès sur le terrain.

En cette première Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, j'en appelle à tous les gouvernements afin qu'ils diligentent une enquête rapide et approfondie chaque fois qu'un journaliste est tué et à tous les partenaires afin qu'ils renforcent leur coopération pour améliorer la sécurité des journalistes.

L'impunité ne doit pas être permise. Le 2 novembre, nous devons nous unir pour que chaque journaliste puisse exercer son métier en toute sécurité.

Adresse : 41 bis, Avenue Louis Braille 1003 Cité El Khadra Tunis

Téléphone : (216) 31 379 110 Télécopie : (216) 71 900 668 Email : contact@onu-tn.org

Système des Nations Unies en Tunisie © 2014 - 2017 | Crédits photos : Nations Unies Tunisie