Agences des nations unies en Tunisie

UNESCO
ONUDC
PAM
HCDH
FAO
IOM
UNAIDS
UNDP
UNFPA
HCR
CINU
UNICEF
ONUDI
UNWOMEN
UNOPS
BM
OMS

Agences non résidentes

OIT

Activités du PNUD-Tunisie au FSM 2015

Date de publication : 2015-04-07

Aperçu de résultats des activités du PNUD-Tunisie au FSM 2015

 La Tunisie a eu l'honneur d'accueillir le Forum Social Mondial du 24 au 28 mars 2015 sur le campus de l'Université El Manar. L'objectif du Forum était de mettre en place un espace de débat démocratique d'idées, d'approfondissement de la réflexion et d'articulation de mouvements sociaux à l'échelle internationale. Le forum a été à nouveau localisé à Tunis, comme pour sa dernière édition en 2013, afin d'appuyer les réflexions sur l'objectif de consolidation des dynamiques de changements issues de la révolution tunisienne et des mouvements démocratiques dans la région. Le forum a, comme pour chaque édition, adopté une approche participative pour que chacun(e) puisse donner son avis et faire avancer le débat démocratique.

 

Cette année, le forum accueilli près de 70000 participants, et près de 5000 associations du monde entier issues de 130 pays différents, dont 2500 associations de la région Maghreb-Machreq:

-1200 associations tunisiennes

-800 associations algériennes

-500 associations marocaines

-160 associations égyptiennes

-130 associations palestiniennes

-29 associations yéménites

 

Le FSM a débuté ses activités mardi 24 mars 2014 avec une marche contre le terrorisme qui a pris comme point de départ la place Bab Saâdoun pour arriver devant le Musée du Bardo. 1512 activités ont par la suite été organisées sur le campus de l'université pendant 3 jours, sans compter les évènements informels mis en place par les participants suite à de multiples rencontres et débats passionnés. Près de 300 séminaires ont eu lieu le mercredi 25 mars et entre 200 et 300 les 26 et 27 mars sur des sujets très divers mais ayant tous pour objet d'aller vers le progrès social.

 

Le Forum Social Mondial a ainsi offert une plateforme unique pour des échanges de réflexion sur le potentiel qu'ont les acteurs territoriaux de déclencher des dynamiques de changement positif pour le développement de leur territoire, en collaboration avec les autorités locales.

 

Dans ce cadre, le PNUD Tunisie et l'Initiative Global ART du PNUD ont collaboré avec un consortium des OSC Tunisiennes (sous le leadership du Conseil National des Libertés en Tunisie) et FELCOS Ombrie à l'organisation le mercredi 25 mars 2015 deux tables rondes de réflexion sur les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial.

 

Ces tables rondes ont eu lieu en présence du Directeur Exécutif de la Fédération Nationale des Villes Tunisiennes et de nombreux autres partenaires dont l'OSC Unesco Bardo, le CGLU, le FAMSI et l'Association des Départements de France (ADF). Près de 100 personnes de 10 nationalités différentes (tunisiens, algériens, jordaniens, français, colombiens, sénégalais, espagnols, …) et issues de structures associatives, des municipalités tunisiennes, de la coopération décentralisée, de la recherche universitaire et des médias sont venues pour écouter les présentations très riches des divers intervenants.

 

1ère table ronde:

La matinée a été consacrée aux échanges sur le rôle des acteurs territoriaux dans le renforcement de la cohésion sociale. Dans un premier temps, le rôle des gouvernements locaux a été revu, en insistant sur l'aspect primordial de la démocratie participative et de la redevabilité des acteurs publics envers leurs citoyens comme vecteur de cohésion sociale, à travers l'utilisation d'outils innovants comme les portails numériques et l'open data. La création de ce type d'outil est un premier pas essentiel vers la dimension «information» de la démocratie participative. La nécessité d'inclusion sociale de l'ensemble des populations marginalisées dans la prise de décision politique au niveau local a aussi été longuement discutée. Il a notamment été souligné que la démocratie participative ne garantit pas toujours cette inclusion, celle-ci doit être préparée de manière très rigoureuse, en ayant conscience de l'importance de cet enjeu. Dans un second temps, le rôle de la société civile a été mis en lumière, principalement comme contre-pouvoir de contrôle de l'action politique, avec par exemple la promotion de la justice transitionnelle en période post-crise, notamment par rapport aux bien mal acquis, aux enfermements abusifs ou aux expropriations mal compensées. Le contrôle citoyen des médias dans la dissémination de messages de haine a également été mis en exergue. En effet, de nombreux journalistes ne font pas toujours preuve de la déontologie afférente à leur fonction, et peuvent parfois déraper dans des contextes de crise politique ou identitaire, et proférer des messages de haine, comme cela avait le cas avec la «radio des1000 collines» au Rwanda avant le génocide. La société civile doit alors pouvoir les interpeller afin de diminuer les tensions qui risquent d'amener à des désastres humanitaires.

 

2e table ronde:

L'après-midi a permis d'aborder l'importance du dialogue entre les territoires dans la promotion du développement durable, en présentant diverses bonnes pratiques comme l'initiative ART du PNUD, qui vise à mettre en place des plateformes de coordination et d'articulation des acteurs territoriaux, le Joint Migration and Développement Programme, ou encore les coopérations décentralisées avec le FAMSI qui fait un travail très intéressant au Maroc avec la création d'agences municipales de développement qui centralisent les aides de la coopération internationale. L'initiative ART du PNUD Bruxelles a aussi présenté les défis liés à l'alignement des Objectifs de Développement Durable de l'agenda post 2015 aux contextes et enjeux de développement local. Par ailleurs, les intervenants se sont intéressés à des sujets tels que la collaboration entre territoires pour la gouvernance des ressources naturelles, qui doit permettre une redistribution plus équitables des revenus issus de l'extraction de ces ressources. La philosophie politique derrière ce type de redistribution est un débat très important à mener dans les sociétés des pays du Sud, dans lesquels les Etats et les multinationales freinent voire confisquent cette redistribution. En outre la contribution des migrants dans le développement territorial a été longuement traitée: cette contribution est très positive lorsqu'elle est canalisée, étant donné que les volumes de transfert de fond sont supérieurs à l'aide publique au développement. Elle doit répondre également à une logique de co-développement des deux territoires d'influence des migrants.

 

Finalement, les présentations des intervenants ont été enrichies durant différents temps d'échange et de débat avec le public, qui a longuement salué la qualité des interventions et l'importance de ce type de table ronde de réflexion et de partage.

 

Dans le même temps, le PNUD Tunisie a tenu des réunions bilatérales avec quelques organisations d'envergure spécialisée dans le développement local comme le CGLU, l'association Enda-TM ou le FAMSI, afin de définir ensemble des actions complémentaires visant à renforcer le rôle des acteurs territoriaux dans leurs missions, et la coopération entre territoires.

 

En parallèle de ces deux tables rondes et des réunions bilatérales, le PNUD et tous ses partenaires associatifs avaient à leur disposition un stand dans une tente, qui a permis de transmettre tous les supports de communication (dépliants, brochures, …) du PNUD et ses partenaires aux participants du FSM. Ce lieu a aussi permis de diffuser sur un écran TV des vidéos relatives aux actions du PNUD sur la justice transitionnelle et l'environnement, et enfin d'effectuer quelques jeux socio-éducatifs avec les jeunes présents sur le dialogue constitutionnel, l'engagement citoyen et les droits socio-économiques. De plus, les méthodes pour organiser ces jeux dans les maisons de jeunes ou les écoles ont été transmises à des associations de jeunesse présentes. Au total, 4000 à 5000 personnes ont visité le stand, et plus de 2000 supports de communication ont été distribués.

Adresse : 41 bis, Avenue Louis Braille 1003 Cité El Khadra Tunis

Téléphone : (216) 31 379 110 Télécopie : (216) 71 900 668 Email : contact@onu-tn.org

Système des Nations Unies en Tunisie © 2014 - 2017 | Crédits photos : Nations Unies Tunisie