Agences des nations unies en Tunisie

UNESCO
ONUDC
PAM
HCDH
FAO
IOM
UNAIDS
UNDP
UNFPA
HCR
CINU
UNICEF
ONUDI
UNWOMEN
UNOPS
BM
OMS

Agences non résidentes

OIT

Message from the Outreach Division: UN Chronicle article on SDG 9

Date de publication : 2015-06-26

Goal 9 Build resilient infrastructure, promote inclusive and sustainable industrialization and foster innovation

A Sustainable Future of Infrastructure

By Grete Faremo

UNOPS has a key role to play in building resilient infrastructure, promoting inclusive and sustainable industrialization and fostering innovation

Investing in basic, sustainable infrastructure is essential to improving the living standards for communities worldwide. When we speak of the basics, we mean the fundamentals. These are issues which comprise common human needs all over the world. Just because these are basics, however, does not mean that addressing such concerns correctly is a simple task. In the case of infrastructure it requires coordinated, long-term planning that stretches across geographic, political and cultural boundaries.

For too long infrastructure has been understood and evaluated solely by the presence of a building or a completed roadway. We know, however, that a hospital cannot function without a solid waste system, and a waste system, in turn, cannot function without the acquired and applied knowledge, institutions and underlying resources necessary to manage it. Yet when we talk about infrastructure, this understanding beyond the immediate is still too often overlooked. We need a shift in this thinking.

Quite simply, without infrastructure we would not have a healthy society. Essential services such as health care and education require infrastructure. For communities and businesses to operate and thrive, they need access to goods and markets. Infrastructure must respond to societal needs, but it also should be evaluated for its long-term outcome, including the resources required to ensure longevity.

Many of the proposed sustainable development goals (SDGs) will require solid, functional and sustainable infrastructure if they are to be reached. Reliable forms of energy, the availability of potable water, education, safety and security, social and economic services—all of these are made possible through resilient infrastructure.

However, this very reliance creates significant challenges. We must consider the bigger picture, both in terms of the opportunities and the risks. We must support development, but what if something goes wrong? What is the environment in which we are operating? What are the issues in today's world? With climate change, for example, comes an increase in the frequency of natural disasters. So sustainable infrastructure not only supports development, but is essential for post-disaster recovery as well.

With our mandate within the United Nations system to lead on infrastructure, and our 20 years of experience developing infrastructure projects, the success of any infrastructure goal requires learning the lessons from practical experiences. We have this at the United Nations Office for Project Services (UNOPS). The international community and industry must work together to ensure that investment in infrastructure considers risk, placing security and resilience at its core.

At UNOPS our experience is broad and built upon partnerships. We work with the United Nations system, Governments, non-governmental organizations and the private sector. Our model encourages private investors to prioritize sustainable development. And right now, increased investment is needed to improve the security and resilience of critical infrastructure in developing countries.

The destruction caused by recent natural disasters in communities around the world highlights the need for a risk-based approach to sustainable infrastructure. Our work covers these areas. For example, in response to the 2010 earthquake in Haiti, UNOPS supported the United Nations Development Programme and the International Labour Organization in a wide range of post-disaster activities, including the construction of shelters for the affected populations and managing the vast quantities of debris. We have also supported the Government of Brazil in constructing earthquake and cyclone resistant community hospitals, which incorporate environmentally friendly infrastructure such as external solar lamps and rainwater harvesting. There are many more such examples.

Existing infrastructure is also an important consideration. Assessments should be conducted seeking to understand how the structures already in place can be serviced and repaired. How do various developments interact with existing water treatment facilities, roads, bridges and utility grids, wherever they are in the world? It sounds simple, yet in many cases and in many parts of the world this factor is of ten overlooked.

Where risks cannot be eliminated, we need to improve management and mitigation. Disaster risk reduction aims to reduce the damage caused by natural hazards through prevention. There is a direct correlation between risk and resilience—a reduction in risk contributes to an increase in resilience. In turn, effectively managing risk in our projects will contribute to more sustainable infrastructure development. This connection also needs to be better understood.

Whereas the resilience of infrastructure can be seen as the ability to absorb stresses caused by natural hazards—for example, how a building responds to an earthquake—the sustainability of infrastructure looks at the impact of that building on the environment. Sustainability helps reduce the footprint of a development, while resilience allows infrastructure to better withstand environmental impacts.

There are many principles and complexities within these issues. Ultimately, what is clear is that infrastructure systems must be developed in a way that supports essential services over the long term, beyond political cycles.

Without consideration of all of these factors, sustainable infrastructure will always be just a horizon we never reach. Which is why as we set the future agenda, we must not forget that truly sustainable development is reliant on its foundations, on the infrastructure upon which success can be built.

First published in the UN Chronicle, Department of Public Information, United Nations.

Grete Faremo is Executive Director of the United Nations Office for Project Services.




Objectif 9 Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l'innovation

Mettre en place une infrastructure durable

Par Grete Faremo

 

L'UNOPS joue un rôle essentiel dans la mise en place d'une infrastructure résiliente, la promotion d'une industrialisation durable qui prof ite à tous et l'incitation à l'innovation.

Des investissements dans des infrastructures de base durables sont essentiels pour améliorer le niveau de vie des communautés mondiales. Lorsque nous parlons de base, nous entendons les éléments fondamentaux. Ces questions comprennent les besoins humains communs à travers le monde. Mais répondre à ces besoins de base n'est pas nécessairement une tâche simple. La mise en place d'une infrastructure nécessite une planification coordonnée, à long terme, qui s'étend au-delà des frontières géographiques, politiques et culturelles.

Depuis trop longtemps, l'infrastructure a été comprise et évaluée en fonction de la construction de bâtiments ou de routes. Nous savons, toutefois, qu'un hôpital ne peut pas fonctionner sans un système de gestion de déchets solides et, à son tour, celui-ci ne peut pas fonctionner sans des connaissances acquises et appliquées, sans des institutions et des ressources pour en assurer la gestion. Pourtant, lorsque nous parlons d'infrastructure, ces facteurs sont encore trop souvent ignorés. Nous devons modifier notre façon de penser.

 

C'est simple, sans infrastructures, nous ne pourrions pas construire une société saine. Des services essentiels, comme les soins de santé et l'éducation, nécessitent une infrastructure. Pour que les communautés et les entreprises fonctionnent et prospèrent, elles ont besoin d'avoir accès aux biens et aux marchés. Les infrastructures doivent répondre aux besoins sociétaux, mais leurs impacts à long terme devraient être aussi évalués, notamment les ressources requises pour assurer leur durabilité.

Un grand nombre d'objectifs de développement durable proposés (ODD) nécessiteront une infrastructure solide, fonctionnelle et durable si nous voulons les atteindre. Des formes d'énergie fiables, l'accès à l'eau potable, à l'éducation, à la sécurité et aux services sociaux et économiques sont possibles par le développement d'une infrastructure résiliente.

Mais cette dépendance crée des défis importants. Nous devons considérer la situation dans son ensemble, à la fois en termes d'opportunités et de risques. Nous devons soutenir le développement, mais que faire lorsque des problèmes surgissent ? Dans quel environnement fonctionnons-nous ? Quels sont les problèmes aux- quels le monde est confronté aujourd'hui ? Par exemple, les catastrophes naturelles récurrentes causées par les changements climatiques. Une infrastructure durable ne soutient pas seulement le développement, mais est aussi essentielle au relèvement après une catastrophe.

Conformément à notre mandat au sein du système des Nations Unies de jouer un rôle central dans le développement d'infrastructures et à nos 20 années d'expérience en matière d'établissement de projets d'infrastructure, nous devons tirer les leçons des expériences pour assurer le succès de ces objectifs. C'est ce à quoi s'emploie le Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS). La communauté internationale et l'industrie doivent travailler ensemble afin de s'assurer que les risques sont pris en compte dans les projets d'investissement, en mettant l'accent sur la sécurité et la résilience.

À l'UNOPS, notre expérience est vaste et repose sur les partenariats. Nous travaillons avec le système des Nations Unies, les gouvernements, les organisations non gouvernementales et le secteur privé. Notre modèle encourage les investisseurs privés

à faire du développement durable une priorité. Et aujourd'hui, il est nécessaire d'investir davantage pour améliorer la sécurité et la résilience des infrastructures essentielles dans les pays en développement.

La destruction causée par les catastrophes naturelles dans le monde souligne la nécessité d'une approche fondée sur le risque pour un développement durable. Nos travaux couvrent ces domaines. Par exemple, en réponse au séisme qui a eu lieu en 2010 à Haïti, l'UNOPS a apporté son appui au Programme des Nations Unies pour le développement et à l'Organisation internationale du travail dans les diverses activités faisant suite à des catastrophes, y compris la construction d'abris pour les populations touchées et la gestion d'importantes quantités de débris. Nous avons également aidé le Gouvernement brésilien à construire des hôpitaux résistant aux séismes et aux cyclones, qui intègrent des infrastructures plus respectueuses de l'environnement comme des lampes solaires d'extérieur et la collecte des eaux de pluie. Il y a de nombreux autres exemples.

Il est aussi important de prendre en compte les infrastructures existantes. Des évaluations devraient être faites pour savoir comment assurer l'entretien et la réparation des structures déjà en place. Comment les divers développements interagissent-ils avec les installations de traitement de l'eau, les routes, les ponts et les réseaux d'électricité existants ? Cela semble simple, or dans de nombreux cas et dans de nombreuses parties du monde ce facteur est souvent ignoré.

Nous devons améliorer la gestion et l'atténuation des risques. La réduction des risques de catastrophes vise à réduire les dégâts causés par les dangers naturels par le biais de la prévention. Il existe une corrélation directe entre les risques et la résilience – une réduction des risques contribue à renforcer la résilience. À son tour, la gestion efficace des risques qui fait partie de nos projets contribuera à rendre les infrastructures plus durables. Cette relation doit aussi être mieux comprise.

Alors que la résilience des infrastructures peut être considérée comme la capacité à absorber les chocs causés par les phénomènes naturels, par exemple la résistance d'un bâtiment aux séismes, l'amélioration de la durabilité des infrastructures vise à réduire l'impact de ce bâtiment sur l'environnement. La durabilité permet de réduire l'empreinte environnementale d'une infrastructure alors que la résilience permet à cette infrastructure de mieux résister aux impacts environnementaux.

Ces questions comportent de nombreux principes et de nombreux aspects complexes. En définitive, ce qui est clair, c'est que les infrastructures doivent être développées de manière à soutenir les services essentiels sur le long terme, au-delà des cycles politiques.

Si ces facteurs ne sont pas pris en compte, la mise en place d'infrastructures durables restera un vœu pieux. C'est pourquoi, alors que nous établissons le futur programme, nous ne devons pas oublier qu'un développement véritablement durable nécessite des bases solides, une infrastructure sur lesquelles on puisse compter. ❖

Publié pour la première fois dans Chronique ONU, Département de l'information, Nations Unies.

Grete Faremo est Directrice exécutive du Bureau des Nations

Unies pour les services d'appui aux projets.






Adresse : 41 bis, Avenue Louis Braille 1003 Cité El Khadra Tunis

Téléphone : (216) 31 379 110 Télécopie : (216) 71 900 668 Email : contact@onu-tn.org

Système des Nations Unies en Tunisie © 2014 - 2017 | Crédits photos : Nations Unies Tunisie