Agences des nations unies en Tunisie

UNESCO
ONUDC
PAM
HCDH
FAO
IOM
UNAIDS
UNDP
UNFPA
HCR
CINU
UNICEF
ONUDI
UNWOMEN
UNOPS
BM
OMS

Agences non résidentes

OIT

Malgré des progrès, l'avenir de 180 millions d'enfants est plus sombre que celui de leurs parents – UNICEF

Date de publication : 20-11-2017

Dans plus de 130 pays, les activités de la Journée mondiale de l'enfance permettront aux enfants d'exprimer leurs inquiétudes et de défendre les enfants laissés pour compte

NEW YORK, le 20 novembre 2017 – Malgré les progrès réalisés à l'échelle mondiale, un enfant sur 12 dans le monde vit dans un pays où ses perspectives d'avenir sont aujourd'hui plus négatives que celles de ses parents, d'après une analyse réalisée par l'UNICEF à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance.

D'après cette analyse, 180 millions d'enfants vivent dans 37 pays où la probabilité de souffrir de pauvreté extrême, d'être déscolarisés ou de succomber à une mort violente est plus élevée qu'elle ne l'était il y a 20 ans.

«Alors que la génération antérieure a observé des améliorations importantes et sans précédent du niveau de vie des enfants de la planète, il est scandaleux qu'une minorité oubliée d'enfants ait été exclue de ces progrès, sans que cela soit leur faute ou celle de leur famille», déclare Laurence Chandy, Directeur des données, de la recherche et des politiques de l'UNICEF.

L'UNICEF célèbre la Journée mondiale de l'enfance, qui marque l'anniversaire de l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant, en organisant des « prises de commandes » par des enfants, des événements de premier plan et d'autres activités de mobilisation des enfants dans plus de 130 pays, pour leur donner les moyens de contribuer à sauver la vie d'autres enfants, à défendre leurs droits et à réaliser leur potentiel.

« Tous les parents, partout dans le monde, espèrent donner à leurs enfants de meilleures perspectives d'avenir que celles qu'ils ont eux-mêmes eues dans leur enfance. En cette Journée mondiale de l'enfance, nous devons recenser combien d'enfants voient au contraire leurs possibilités se restreindre et leurs perspectives d'avenir se rétrécir», ajoute L. Chandy.

D'après l'analyse de l'UNICEF, qui évalue les chances des enfants de sortir de l'extrême pauvreté, de suivre un enseignement de base et d'éviter une mort violente :

·La proportion de personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour a augmenté dans 14 pays, dont le Bénin, le Cameroun, Madagascar, la Zambie et le Zimbabwe. Cette hausse s'explique principalement par l'agitation sociale, les conflits ou une mauvaise gouvernance.

·Le taux de scolarisation dans le primaire a reculé dans 21 pays, dont la Syrie et la Tanzanie, du fait de facteurs tels que les crises financières, une croissance démographique rapide et les effets des conflits.

·Le nombre de morts violentes d'enfants et de jeunes de moins de 19 ans a augmenté dans sept pays – l'Iraq, la Libye, la République centrafricaine, le Soudan du sud, la Syrie, l'Ukraine et le Yémen – qui sont tous en proie à de graves conflits.

·Dans quatre pays – la République centrafricaine, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen– des reculs ont été constatés pour plus d'un des trois indicateurs, et pour les trois au Soudan du Sud.

« À une époque où des changements technologiques rapides se traduisent par une très forte amélioration du niveau de vie, il est particulièrement cruel que des centaines de millions d'enfants voient leur niveau de vie régresser, ce qui crée un sentiment d'injustice parmi eux et d'échec parmi ceux qui s'occupent d'eux», explique L. Chandy. «Rien d'étonnant alors à ce qu'ils se sentent oubliés et que leur avenir leur semble incertain. »

D'après une autre enquête de l'UNICEF également publiée aujourd'hui, réalisée auprès d'enfants de 9 à 18 ans dans 14 pays, les enfants se préoccupent beaucoup des problèmes mondiaux qui les concernent directement, eux et leur génération, par exemple, la violence, le terrorisme, les conflits, les changements climatiques, le traitement injuste des réfugiés et des migrants et la pauvreté.

Voici les principaux résultats de l'enquête:

·Dans les 14 pays, la moitié des enfants dit se sentir exclue des décisions prises concernant les enfants de par le monde.

o Les enfants en Afrique du Sud et au Royaume-Uni se sentent le plus exclus, 73% et 71 % d'entre eux, respectivement, estimant qu'ils ne sont pas du tout entendus ou que leurs opinions ne comptent pas de toute façon.

o Les enfants en Inde se sentent le plus pris en compte, 52 % d'entre eux estimant que leur voix est entendue et peut aider le pays et que leurs opinions peuvent influer sur l'avenir de leur pays.

·Les enfants des 14 pays considèrent que le terrorisme, la mauvaise qualité de l'enseignement et la pauvreté sont les grands problèmes auxquels ils voudraient que les dirigeants du monde remédient.

·Dans les 14 pays, la violence envers les enfants constitue le premier motif de préoccupation, qui inquiète beaucoup 67 % d'entre eux. Les enfants au Brésil, au Nigéria et au Mexique sont les plus préoccupés par ce problème, qui inquiète beaucoup 82 %, 77 % et 74 % d'entre eux, respectivement. Les enfants au Japon sont ceux qui sont le moins préoccupés en général, moins du quart des enfants interrogés (23 %) déclarant s'inquiéter beaucoup.

·Dans les 14 pays, les enfants sont autant préoccupés par le terrorisme que par la mauvaise qualité de l'enseignement, 65 % de tous les enfants interrogés déclarant s'inquiéter beaucoup de ces problèmes. C'est en Turquie et en Égypte que les enfants craignent le plus d'être personnellement touchés par le terrorisme (81 % et 75 %, respectivement). En revanche, les enfants aux Pays-Bas sont ceux qui ont le moins peur que le terrorisme les touche directement (30 %). Les enfants au Brésil et au Nigéria sont les plus préoccupés par la mauvaise qualité de l'enseignement et le manque d'accès, plus de 80 % d'entre eux s'inquiétant des effets de ces problèmes sur les enfants du monde.

·Dans les 14 pays, environ 4 enfants sur 10 s'inquiètent beaucoup du traitement injuste des enfants réfugiés et migrants dans le monde. Ce sont les enfants au Mexique, au Brésil et en Turquie qui se préoccupent le plus de ce problème, trois enfants mexicains sur cinq et plus de la moitié des enfants brésiliens et turcs exprimant leur peur à ce sujet. Environ 55 % des enfants mexicains craignent que ce problème les concerne directement.

·Près de la moitié des enfants (45 %) des 14 pays ne font pas confiance aux adultes et aux dirigeants lorsqu'il s'agit de prendre de bonnes décisions en faveur des enfants. Le Brésil a la proportion d'enfants qui ne font pas confiance aux dirigeants la plus élevée (81 %). Vient ensuite l'Afrique du Sud (69 %). C'est en Inde que les enfants ont le plus confiance en leurs dirigeants, seuls 30 % d'entre eux n'ayant pas confiance.

·Barack Obama, Cristiano Ronaldo, Justin Bieber et Taylor Swift sont les personnalités que les enfants aimeraient le plus inviter à leur fête d'anniversaire, l'ancien président des États-Unis se classant dans les cinq premières places dans 9 des 14 pays. Regarder la télévision est le loisir préféré des enfants dans 7 des 14 pays.

La Journée mondiale de l'enfance est un jour «pour les enfants et par les enfants », au cours duquel des enfants du monde entier occuperont des rôles de premier plan dans les médias, la vie politique, les entreprises, le sport et le monde du spectacle pour exprimer leur avis sur les priorités que les dirigeants de la communauté internationale devraient fixer et témoigner leur appui aux millions de leurs semblables dont l'avenir est plus sombre.

«La Journée mondiale de l'enfance, c'est l'occasion de nous écouter et de nous donner notre mot à dire sur notre avenir. Notre message est clair: nous devons nous exprimer nous-mêmes et le monde doit nous écouter», résume Jaden Michael, militant de 14 ans et défenseur de la cause des enfants à l'UNICEF.

#####

Notes aux rédactions

Les 37 pays dans lesquels la situation des enfants régresse dans au moins un domaine essentiel sont les suivants : Bénin, Bolivie, Cameroun, Comores, Côte d'Ivoire, Djibouti, Érythrée, Guatemala, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Guyana, Îles Marshall, Îles Salomon, Iraq, Jordanie, Kiribati, Liban, Libéria, Libye, Madagascar, Mali, Micronésie, Palaos, Paraguay, République arabe syrienne, République centrafricaine, République de Moldova, République-Unie de Tanzanie, Roumanie, Saint-Kitts-et-Nevis, Soudan du Sud, Tonga, Ukraine, Vanuatu, Yémen, Zambie et Zimbabwe. Pour plus de détails, cliquez ici.

Pour l'enquête, l'UNICEF s'est associé à Kantar et Lightspeed pour interroger plus de 11000enfants de 9 à 18 ans dans 14 pays sur leurs préoccupations et leurs attitudes face à des problèmes mondiaux tels que le harcèlement, les conflits ou les guerres, la pauvreté, le terrorisme et la violence envers les enfants. Les 14 pays étaient les suivants: Afrique du Sud, Brésil, Égypte, États-Unis, Inde, Japon, Kenya, Malaisie, Mexique, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Royaume-Uni et Turquie.

À propos de la Journée mondiale de l'enfance

Pour en savoir plus sur la Journée mondiale de l'enfance : https://www.unicef.org/world-childrens-day/

À propos de l'UNICEF

L'UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail en faveur des enfants, veuillez consulter le site www.unicef.org/fr

Suivez l'UNICEF sur Twitter et Facebook

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Georgina Thompson, UNICEF New York, Tél. : +1 917 238 1559, gthompson@unicef.org

Adresse : 41 bis, Avenue Louis Braille 1003 Cité El Khadra Tunis

Téléphone : (216) 31 379 110 Télécopie : (216) 71 900 668 Email : contact@onu-tn.org

Système des Nations Unies en Tunisie © 2014 - 2017 | Crédits photos : Nations Unies Tunisie