L'UNESCO réunit huit pays de la Méditerranée pour protéger le patrimoine subaquatique à l'occasion du 20ème anniversaire de la Convention de 2001

Date de publication : 2021-05-20


A l'occasion des 20 ans de la Convention du patrimoine culturel subaquatique, l'UNESCO lance le plus vaste programme de coopération international jamais réalisé auprès de 8 pays des deux rives de la Méditerranée, pour la sauvegarde patrimoine culturel subaquatique des Bancs de Skerki, site archéologique au potentiel exceptionnel situé au nord-ouest du détroit de Sicile, fréquenté depuis l'antiquité par les navires empruntant la route commerciale entre Rome et Carthage.

Le patrimoine culturel subaquatique est le témoin de notre mémoire commune, depuis plusieurs millénaires. A l'abris des regards et protégé sous la surface des océans, des mers, des lacs et des rivières se trouve un patrimoine inestimable, largement méconnu et sous-estimé.

Comme le disait le célèbre Commandant Jacques-Yves Cousteau, « On aime ce qui nous a émerveillé, et on protège ce que l'on aime ». Or, ces vestiges subaquatiques sont menacés par les pillages et l'exploitation commerciale, le chalutage industriel, les aménagements côtiers, l'exploitation des ressources naturelles et des fonds marins. Ces vestiges sont aussi vulnérables face au réchauffement climatique, à l'acidification et la pollution des eaux.

Afin de mieux protéger, comprendre et faire connaitre ce patrimoine unique et fragile, la Conférence générale de l'UNESCO a adopté la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique le 2 novembre 2001.

La Convention, qui célèbre maintenant son 20ème anniversaire, est devenue le cadre juridique mondial de référence pour la protection du patrimoine culturel subaquatique. Elle offre des outils juridiques et pratiques permettant aux Etats et aux professionnels du patrimoine subaquatique d'identifier, de protéger et d'assurer la bonne gestion et la transmission de ce patrimoine aux générations futures. Ses Règles relatives aux interventions sur le patrimoine culturel subaquatique fixent les principes communs dans le domaine de l'archéologie subaquatiques, des fouilles scientifiques et de la gestion des sites. 

De nombreuses réalisations ont été accomplies par l'UNESCO et ses partenaires ces vingt dernières années :

  • La création d'un Conseil consultatif scientifique et technique composé de 14 membres, qui entreprend des missions sur le terrain pour soutenir les Etats dans leurs efforts de protection de leur patrimoine culturel subaquatique. La Bulgarie, le Guatemala, Haïti, Madagascar, Panama ou encore le Paraguay ont déjà bénéficié ou bénéficient de son appui. Les missions prennent en compte les attentes des communautés vivant à proximité des sites subaquatiques.
  • La mise en place d'un vaste réseau de partenaires comprenant un réseau de jumelage universitaire réunissant près de 30 universités coopérant dans le domaine de la recherche archéologique sous-marine, d'un centre international de recherche et de formation en archéologie subaquatique à Zadar, Croatie, ainsi que d'un vaste réseau d'ONG professionnelles accréditées auprès de la Convention pour appuyer sa mise en œuvre.
  • L'adoption d'un Code de déontologie pour la plongée sur les sites archéologiques immergés afin de garantir un accès responsable aux sites par le grand public.

La sauvegarde des Bancs de Skerki

L'un des points forts de la Convention est la promotion de la coopération internationale en matière de protection du patrimoine culturel subaquatique. Pour la première fois dans l'histoire de la Convention, huit Etats des deux rives méditerranéennes – l'Algérie, la Croatie, l'Egypte, l'Espagne, la France, l'Italie, le Maroc et la Tunisie en tant qu'Etat coordinateur – ont décidé d'unir leurs forces pour sauvegarder le patrimoine culturel subaquatique des Bancs de Skerki. Cette zone située au nord-ouest du détroit de Sicile possède un potentiel archéologique exceptionnel.

Cette zone se trouve, par son emplacement central, au cœur d'un réseau d'échanges en Méditerranée déjà vieux de plusieurs millénaires. En effet, les Bancs de Skerki, constitués de récifs dangereux à la navigation, se situent sur le tracé d'une ancienne route commerciale de haute mer  reliant Ostie, le port de ravitaillement de Rome, à la cité de Carthage en Tunisie actuelle.

Le potentiel archéologique exceptionnel des Bancs de Skerki est bien connu des spécialistes. Entre 1988 et 1997, plusieurs opérations américaines explorèrent une vaste zone au nord du site, dans le détroit de Sicile. Ces expéditions comptèrent parmi les premières opérations d'envergure en archéologie sous-marine de grande profondeur et permirent de localiser au moins huit épaves de diverses époques confondues et extrêmement bien conservées.

La présence de l'épave de l'Athénienne, un navire de la Royal Navy britannique du début du XIXème siècle, est également attestée par les archéologues. Ce navire, armé par Malte, requestionné par les français puis par les britanniques, avait participé à plusieurs batailles navales et était allé jusqu'en Chine avant de revenir s'échouer sur les récifs des Bancs de Skerki. Lors de son naufrage en 1806, l'Athénienne emporta avec elle son capitaine et plus de trois cents âmes. La présence d'épaves de la deuxième guerre mondiale est également documentée dans cette zone. 

Grâce au mécanisme unique de coopération entre Etats prévu par la Convention de 2001, l'UNESCO lance, aux côtés de ces huit pays partenaires, une grande campagne d'étude et de sauvegarde de ce site essentiel pour comprendre l'histoire de la Méditerranée. Ainsi, une mission scientifique de prospections sur la zone est prévue au courant de l'automne 2021. Grâce à la mise à disposition, par l'Etat français, de son nouveau navire de recherches en archéologie sous-marine avec les toutes dernières technologies de pointe à bord, cette expédition aura pour but d'explorer la zone et de commencer le recensement et l'étude de son riche patrimoine.

Le 20ème anniversaire de la Convention offre une occasion unique pour célébrer ces réalisations qui ont fait avancer l'archéologie sous-marine et la protection du patrimoine subaquatique. Il est également une formidable opportunité pour sensibiliser le public à sa protection, et pour réfléchir, collectivement, aux nombreux défis à venir. L'UNESCO invite à redécouvrir ce patrimoine méconnu qui nous unit aux mers et à l'océan - le « plus grand musée du monde » - mais aussi aux lacs, fleuves et rivières auprès desquels se sont toujours établies les sociétés.

C'est l'occasion de mobiliser davantage d'Etats à ratifier cette Convention et ainsi garantir, par une coopération internationale renforcée, la meilleure protection de ce patrimoine.

Plusieurs événements viendront commémorer l'adoption de ce texte fondamental en 2021. 

Source: https://fr.unesco.org/news/lunesco-reunit-huit-pays-mediterranee-proteger-patrimoine-subaquatique-loccasion-du-20eme

Agences des nations unies en Tunisie

UNESCO
ONUDC
PAM
HCDH
FAO
IOM
UNAIDS
UNDP
UNFPA
HCR
CINU
UNICEF
ONUDI
UNWOMEN
UNOPS
UN Habitat
BM
OMS
OIT

Adresse : Rue du Lac Windermere, Imm. Le Prestige Business Center Tour A - Les Berges du Lac, Tunis

Téléphone : (+216) 36 011 680 Télécopie : (+216) 71 900 668 Email : nationsuniestunisie@gmail.com

Système des Nations Unies en Tunisie © 2014 - 2022 | Crédits photos : Nations Unies Tunisie